Cet article est une traduction de l'article de Mme Leila Baghadia & Mme Amel Medini.

L’Union européenne (UE) est depuis longtemps le premier partenaire commercial de la Tunisie. Le commerce bilatéral a fortement augmenté après que la Tunisie et l'UE ont signé un accord d'association en 1995 visant à créer une zone de libre-échange pour les marchandises, à l'exclusion des produits agricoles et de la pêche. Entre 2013 et 2017, quatre pays de l'UE - la France, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne - ont importé 60% des exportations de la Tunisie. Les principales exportations étaient les textiles, les machines, le matériel de transport et les industries extractives. Si nous excluons la Libye et l’Algérie, voisins et partenaires stratégiques de la Tunisie, seuls 5% des exportations de la Tunisie sont allés vers les pays africains pendant cette période. C’est une part très faible, compte tenu notamment du potentiel du pays.

Trouver de nouveaux partenaires commerciaux

L'éclatement du conflit politique en Tunisie et dans la région en 2011 a mis l'économie tunisienne sous pression. L'économie était déjà paralysée par un chômage élevé, en particulier chez les jeunes diplômés. Cette situation a été aggravée par les effets du conflit en cours dans la Libye voisine, qui était le deuxième partenaire commercial de la Tunisie avant 2011. La Tunisie a subi une nouvelle perte de compétitivité lorsque des troubles et une instabilité politique ont éclaté à l’intérieur de ses propres frontières.

Pour diversifier ses partenaires commerciaux, la Tunisie a exploré de nouveaux marchés, notamment en Afrique. En 2017, il a obtenu le statut d'observateur auprès de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Elle a signé l’Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) en 2018 et a officiellement rejoint le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) en 2019. Ces actions démontrent l’engagement de la Tunisie à resserrer ses liens avec le reste de l’Afrique.

Redistribution ou expansion des partenaires commerciaux?

La ZLECAf ouvrira d'énormes opportunités pour le commerce africain. Une étude de 2017 de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) a prédit que les pays africains verraient leurs exportations augmenter de 2,7% (8,9 milliards de dollars) en 2020, après la suppression des droits de douane sur le commerce des marchandises. Le commerce intra-africain devait augmenter de 70 milliards de dollars EU en 2020. Un cinquième de ce gain (13,6 milliards de dollars EU) devait être versé aux exportateurs nord-africains, la moitié de cette croissance provenant de l'expansion du commerce en Afrique du Nord. Le reste devait provenir de l'augmentation des exportations nord-africaines vers d'autres pays africains.

Malgré les nombreuses opportunités commerciales que la ZLECAf offrira à la Tunisie, il y a un débat en cours sur la question de savoir si l'accord créera de nouveaux échanges avec de nouveaux partenaires ou détournera simplement le commerce existant des marchés traditionnels (en particulier européens). Par exemple, l'étude de la CEA suggère que la ZLECAf entraînera une baisse de 4,7 milliards de dollars des exportations nord-africaines vers le reste du monde. Cependant, la proposition selon laquelle le commerce existant sera simplement redistribué suppose une capacité d'offre limitée. Ce n'est pas le cas en Tunisie, qui a un fort potentiel inexploité pour les exportations vers d'autres pays africains.

Opportunités d'exportation

Dans notre étude récente utilisant l'approche de l'espace produit, nous avons identifié un certain nombre de produits pour lesquels la Tunisie pourrait avoir un net avantage comparatif. Nous avons également identifié des produits importés de manière intensive par les pays africains. Ensuite, nous avons mis en correspondance l'offre et la demande, en classant les produits identifiés à l'aide de divers indices. Notre classement final s'est concentré sur le niveau du pays-produit, en tenant compte des demandes des pays et des tarifs imposés.

À partir de ces travaux, nous avons identifié près de 400 produits qui se situent à l’intérieur de la frontière technologique de la Tunisie et qui ouvrent la voie à la diversification. Parmi ces produits figurent: les machines; électronique; équipement de transport; produits chimiques, plastiques et caoutchouc; fer, acier et autres métaux; et textiles. A noter la remarquable absence de produits agricoles dans le mix. Des tarifs réduits offriront plus d'opportunités à la Tunisie dans toutes ces catégories de produits.

La plupart de ces nouvelles opportunités d'exportation se trouvent en Algérie, au Maroc et en Égypte. En effet, les pays d'Afrique du Nord offrent les marchés les plus prometteurs en termes d'avantage tarifaire, suivis de l'Afrique du Sud, du Sénégal, du Nigéria et du Kenya.
Il convient également de noter que bon nombre des produits présentant le potentiel d'exportation le plus élevé sont actuellement produits avec des intrants importés qui sont transformés pour l'exportation vers les marchés européens. Une voie prometteuse pour la Tunisie est d'envisager la finalisation de certains de ces produits pour l'exportation vers le reste de l'Afrique.

Nous avons identifié plus de 500 opportunités d'expansion sur de nouveaux marchés. Plus précisément, il s'agit d'exportations pour lesquelles la Tunisie pourrait gagner une plus grande part de marché dans d'autres pays africains. Trente-six pays africains importent intensivement un total cumulé de 615 types de produits que la Tunisie exporte déjà. Cependant, la Tunisie n'exporte que 310 de ces produits vers seulement 29 pays africains, profitant de seulement 17,4% de l'opportunité d'approvisionnement potentielle. Les principaux marchés d'expansion potentiels à cet égard sont l'Algérie, Maurice, le Maroc, l'Angola et le Sénégal.

Les opportunités d'expansion avec la valeur commerciale la plus élevée sont principalement dans les industries extractives et les machines secteurs. Les machines et l'électronique sont au premier rang pour le potentiel de diversification et d'expansion. Cela reflète la forte demande pour ces produits, ainsi que leur avenir prometteur. Si la Tunisie n'a pas un potentiel élevé pour fabriquer de nouveaux produits dans le secteur extractif, elle peut exporter beaucoup plus de ce qu'elle produit déjà.

La feuille de route

La ZLECAf permettra de libérer un énorme potentiel d'exportation pour la Tunisie. Cela permettra au pays d'élargir ses partenaires commerciaux et d'exploiter des opportunités inexploitées. Mais pour tirer pleinement parti de son potentiel, la Tunisie doit repenser sa stratégie. La Tunisie devrait donner la priorité à la réduction des coûts et des retards commerciaux et à la suppression des barrières non tarifaires. Par exemple, Tunisia TradeNet (TTN), un guichet unique pour la soumission électronique des documents commerciaux, devrait intégrer d'autres procédures douanières, contrôles techniques, contrôles sanitaires et phytosanitaires et contrôles environnementaux. En outre, les exigences commerciales injustifiées devraient être éliminées et les procédures et formalités commerciales réduites. Garantir un système transparent grâce à la numérisation pourrait être très utile pour les petites et moyennes entreprises pour naviguer dans le monde complexe des réglementations commerciales. L'Accord sur la facilitation des échanges de l'Organisation mondiale du commerce, ratifié par la Tunisie en 2017, est un cadre intéressant pour mettre en œuvre avec succès ces mesures.

La Tunisie devrait également se concentrer sur le développement d'infrastructures de transport solides et efficaces en mettant en place des lignes maritimes et aériennes plus directes qui desservent les principales capitales africaines. Enfin, des efforts doivent également être faits pour soutenir l’accès au financement des exportateurs tunisiens «tournés vers le sud» en leur accordant des prêts ou des lignes de crédit qui les ciblent spécifiquement.

Partagez